Good Timers

Véhicules de collection à vendre

Mercedes-Benz 190 SL : Une mini 300 SL

Utilisant la forme célèbre de sa cousine, la Mercedes-Benz 190 SL est un modèle bien connu mais souvent confondu avec la 300 SL Gullwing. Même si, de l’extérieur, il est facile de confondre ces deux voitures portant l’étoile à trois pointes, elles sont totalement différentes sous la carrosserie.

Histoire de la Mercedes-Benz 190 SL

La Mercedes-Benz 190 SL fut dévoilée au salon de l’automobile de New York en 1954 avant une première mise en vente en 1955. Ce projet fut le fruit du labeur de Max Hoffman, un importateur de véhicules européens aux Etats-Unis, qui voulait produire une version plus accessible de la 300 SL.

Avec l’apparence d’une voiture pour les stars mais avec un prix plus abordable pour le grand public, elle connut un succès immédiat. En effet, la 190 SL s’inspire beaucoup de cette fameuse 300 SL Gullwing qui impressionna le monde par son design magnifique. Avec la 190 SL, le rêve de pouvoir vivre la vie des célébrités devint réalité.

Lors de sa sortie en Mars 1955, le modèle était disponible dans la version cabriolet ou avec un toit rigide. Cette option ajoutait $300 au prix de base de la roadster qui était de $3998. 

Pour ce prix, la voiture était équipée d’un moteur à quatre cylindres en ligne de 1,9 litres développant environ 105 chevaux. Il est alimenté en essence par une paire de carburateurs Solex. Ce moteur est relié à l’essieu arrière par une transmission manuelle de quatre rapports synchronisés. 

Au cours de la vie de la 190 SL, Mercedes créa une série de prototypes testant de nouveaux moteurs notamment dans une petite sportive rivalisant avec la Porsche 356. Le premier de ces prototypes fut doté d’un moteur six cylindres utilisant le bloc de base du moteur de la 300 SL. Une participation dans la Coupe des Alpes prouva au fabricant que ce concept pouvait s’avéré intéressant, mais des coûts de production trop élevés ont mis fin au projet.

Entre 1955 et la fin de sa production, 25 881 exemplaires de la Mercedes 190 SL ont été fabriqués avec plus de 80% des exemplaires envoyés sur les marchés internationaux. Ce sont les Etats-Unis qui ont dominé le carnet de commandes avec 40% des Mercedes 190 SL ayant rejoint le territoire américain. 

La fin de la série des 190 SL eut lieu lorsque deux prototypes de la voiture munis de moteurs six-cylindres ont tourné sur le  circuit du Nurburgring avec un temps amélioré de 25 secondes par rapport au modèle de base. La décision fut prise en 1957 de fabriquer une version de série de ces modèles nommés temporairement les 220 SL, en même temps que la 190. Cependant, certaines difficultés rencontrées pendant la phase de développement de la voiture ont repoussé la mise en production de ce projet jusqu’en 1963. 

Lorsque fut lancée la production de ce modèle, enfin renommé 230 SL, la 190 avait déjà huit ans et elle fut ainsi remplacée par la nouvelle voiture dotée d’un moteur plus puissant. 

La crise d’identité de la Mercedes 190 SL

Sous cette carrosserie copiée à l’identique se trouve un moteur et un châssis loin d’être à la hauteur des caractéristiques sportives promises par l’apparence de la voiture. 

Le modèle est basé sur la même plateforme que celle utilisée pour la Mercedes 180, une berline basique se rapprochant aujourd’hui de la Classe E. Nommé “W121”, ce châssis n’a jamais été conçu pour la production d’un cabriolet de sport tel que la 190 SL. 

Au cours des années 1950 et 1960, nous savons que Mercedes utilisait le sigle ‘SL’ signifiant “Super Leicht” ou Super Légère sur les modèles à poids réduit. Avec 1,200kg, la voiture n’est pas lourde mais le remplacement de la construction tubulaire du châssis de la 300 SL par ce design recyclé est une des raisons pour laquelle l’utilisation du sigle est contestée chez les passionnés de la marque.

La légère déception de la 190 SL ne s’arrête pas au châssis. Sous le capot se trouve un moteur aussi décevant que la plateforme à laquelle il est attaché. Le quatre cylindres développant environ 105 chevaux n’a rien à voir avec le moteur SOHC de 3 litres et six cylindres en ligne de sa cousine. En effet, même si l’extérieur de la 190 SL se veut une œuvre d’art, son moteur produit 120 chevaux de moins que la 300 SL. 

Différencier la Mercedes-Benz 190 SL de la 300 SL

Au début de la production de la Mercedes 190 SL, la différence visuelle la plus importante entre l’icône du sport automobile et la voiture imitant cette icône fut le style de carrosserie. De 1954 à 1957, la 300 SL se vendait seulement sous forme d’un coupé tandis que la 190 SL a toujours été un roadster. En 1957 par contre, la 300 SL devint aussi un roadster rendant la différenciation entre les deux voitures plus difficile.

Lorsque Mercedes transforma la 300 SL en roadster, elle prit aussi la décision de modifier les feux avant de son modèle phare. En effet, en comparant la 190 et la 300, on remarque des feux avant de forme plus ovale sur la 300 SL, un élément important pour les différencier. 

Il est aussi possible de distinguer les deux en regardant la sortie d’air derrière les roues avant de chaque côté de la voiture. C’est un élément de design que la Mercedes 190 SL n’a pas car elle n’est pas faite pour la course automobile.

Que ce soit pour sa forme extraordinaire ou du fait qu’elle a été à l’origine d’une longue lignée de Mercedes portant le sigle SL, la Mercedes 190 SL est une des voitures les plus importantes de l’histoire de la marque allemande.

Mercedes-Benz Typ 190 SL (W 121, 1955 bis 1963). Titelseite des Prospekts von 1955. Mercedes-Benz 190 SL (W 121, 1955 – 1963). Title page of the brochure, 1955