Good Timers

Trouver un Young Timer ou un Old Timer c'est facile avec Good Timers

la Porsche 356

Utilisant les bases de la Volkswagen Coccinelle afin de réduire les coûts, la Porsche 356 est la première voiture de série issue de la marque allemande. Pour sa première production, la 356 consistait en un moteur quatre cylindres en format boxer refroidi par air et situé derrière le train arrière. Cependant les premiers prototypes étaient construits sur un châssis avec le moteur placé au centre du véhicule.

Porsche 356 Pré A (1948-1955)

Dès sa lancée, la Porsche 356 gagna une course proche de la ville autrichienne d’Innsbruck. Cependant, cette victoire n’a pas suscité l’intérêt du public et les premières années de la 356 virent les ventes démarrer lentement. Ce n’est qu’après une victoire dans sa catégorie aux 24 Heures du Mans de 1951 que Porsche ne put répondre à la demande et construire les voitures assez vite.

Malgré un châssis totalement nouveau et une carrosserie entièrement conçue par Erwin Komenda, un employé Porsche, une grande partie des éléments de la première version de la 356 furent communs avec ceux de la Coccinelle. En effet, le système de suspension sur la 356 vient entièrement de la petite voiture allemande ainsi que le logement du moteur.

Le premier de ces moteurs fut un exemplaire de 1,1 litre produisant 40 chevaux. Ce même moteur fut utilisé jusqu’en 1954 dans la première version de la 356. Cette version de la voiture fut re-baptisé 356 -1300 en 1951 lorsqu’un nouveau moteur de 1,3 litre fut produit pour offrir un second choix dans la gamme 356. Malgré ce moteur plus puissant, cette version développait seulement 4 chevaux de plus par rapport à la 1100. Ce n’est qu’en 1952 avec la 1500 que la puissance augmenta notablement jusqu’à à 60 chevaux.

En 1954 arrivèrent les versions sportives de ces derniers modèles. En effet, la 1300S côtoya la 356 1500 avec 60 chevaux. Une version S de la 1500 couronna ainsi la gamme avec 70 chevaux.

Sur le sol américain en 1954, l’exportateur de Porsche Max Hoffman demanda la création d’une Speedster. Comparé à la 356 roadster, cette version était plus simpliste avec un pare-brise en “V” d’une seule pièce. A partir de cette date, la 356 fut vendue avec trois choix de styles différents: coupé, cabriolet et Speedster.

Pour la dernière année de la Porsche 356 Pré A, le constructeur allemand mit en vente la 356 1500 GS Carrera disponible soit en Coupé, soit en Speedster. Grâce à un moteur similaire à celui de la Porsche 550 Spyder, cette version de la 356 dépassait les 100 chevaux inaugurant ainsi l’histoire du nom “Carrera” et rendant hommage à une course célèbre, la Carrera Panamerica.

Porsche 356 A (1955-1959)

Pour l’année modèle 1956, la Porsche 356 prend le nom de 356 A. Avec cette nouvelle appellation le pare-brise en forme de ‘V’ est supprimé et remplacé par un élément panoramique. En effet, la première version de la voiture était équipée d’un pare-brise en deux parties.

En suivant la gamme de la pré A, la 356 A pouvait être commandée avec un moteur 1,3 litre pour les versions 1300 ou 1300S comme modèles de base dotées respectivement de 45 et 60 chevaux. Cependant, les moteurs 1,5 litres ont reçu quelques modifications pour la 356 A augmentant la capacité à 1,6 litres. Ainsi, les modèles portant le badge 1500 passèrent à la nomenclature 1600.

Ce ne fut pas le cas, par contre, des voitures ayant le moteur issu de la 550 Spyder. Ces modèles nommées GS Carrera tels que la 356 1500 GS Carrera de Luxe et la 356 1500 GS Carrera GT faisaient parti de la gamme sportive. 

A la fin de la vie de la 356 A en 1959, Porsche ajouta la 1600 GS Carrera à la gamme sportive de la 356. En guise de GT, cette version suprême du modèle Porsche dépassait la barrière des 115 chevaux.

Porsche 356 B (1960-1963)

Pour la troisième version de la Porsche 356 mise en vente pour la première fois en 1960, de nombreuses modifications visuelles furent effectuées. En effet, de la A à la B, la 356 subit un véritable “face-lifting”. Le pare-chocs avant fut élargi, positionné plus haut et doté de plus de chrome. De plus, les phares commencèrent à inspirer le design d’une Porsche moderne avec un positionnement plus élevé.

L’arrivée de la 356 B marqua aussi la fin du moteur 1,3 litres. A partir de 1960, seul la version1,6 litres fut disponible à trois niveaux différents avec la 356 B 1600 prenant la place du modèle de base et comptant environ 60 chevaux. Complétant la gamme standard de 356 B furent élaborées la Super 75 et la Super 90. Bien évidemment, ces deux modèles bénéficiaient respectivement de 75 et 90 chevaux.

La gamme sportive de la 356 B a bien relevé le niveau en 1960. La version la plus puissante de la 356 que l’on pouvait acquérir durant toute cette génération fut la Carrera 2. Avec un moteur 2 litres, 4 cylindres en format boxer, elle développait 130 chevaux. Jusqu’en 1961, Porsche continua à produire la 356 1600 GS Carrera GT mais avec ses 115 chevaux inchangés, sa popularité diminua par rapport à la Carrera 2.

Ce moteur anormalement puissant pour Porsche est issu d’une collaboration entre la marque allemande et Abarth. Dans le but de dominer la compétition GT et battre Ferrari et Alfa Romeo, Ferry Porsche décide de s’allier avec Abarth en raison des bonnes performances de ses moteurs. La marque italienne modifia le 4 cylindres d’1,6 litres afin de donner entre 155 et 180 chevaux grâce à la hausse de sa cylindrée. 

La marque italienne a aussi décidé de modifier la carrosserie avec l’aide de Franco Scaglione, un designer de la société Zagato afin de diminuer le coefficient de traînée. Le résultat fut un hybride entre la 356 et les modèles précédents d’Abarth. 

Entre 1960 et 1963, les 20 exemplaires de la Porsche 356/B Carrera GTL Abarth furent couronnés de succès. En effet, les freins à disques ainsi que le travail italien pour rendre la voiture rapide en ligne droite ont permis à la 356 d’être un redoutable destructeur de géants.

Porsche 356 C (1964-1965)

En 1963, Porsche commença à oublier le développement de sa 356 pour favoriser son nouveau modèle, la 911. Ainsi, la quatrième et dernière génération de la 356 n’eut que très peu de nouveautés et les clients eurent encore moins de choix de moteurs. En effet, trois options de moteurs seulement étaient disponibles pendant les deux dernières  années du modèle qui, avec cette génération, bénéficiait de freins à disque.

Avec la suppression de l’option à 60 chevaux, l’option de base fut la 356 1600 C avec 75 chevaux. L’autre version de Porsche 356 avec le moteur 1,6 litres fut la 1600 SC comptant 95 chevaux.

Comme la Porsche 356 GS 1600 Carrera GT fut déclassée en 1961, il n’y avait plus ainsi qu’une version ‘sportive’ de la voiture pour sa dernière génération. La 356 Carrera 2 garda son 2 litres développant 130 chevaux. Avec les nouveaux freins à disque, elle était devenu une vraie voiture de sport.

Une fois que le succès de la nouvelle Porsche 911 commença à être reconnu, la marque allemande décida de remplacer la 356 par un nouveau modèle utilisant le même châssis que son modèle emblématique. Ainsi arriva sur le marché en 1965 la Porsche 912, une 911 mais qui gardait le moteur à quatre cylindres représentant une option plus abordable que la 911.